RECORDS

Qui a dit que le hip-hop se résumait à la ville et au béton ? C’est la commune de Pontcharra qui prouve bien le contraire. Au cœur de l’Isère, se niche le festival Who Got The Flower, rendez-vous annuel des amoureux de la culture hip-hop, qui se déplacent depuis les quatre coins du monde pour faire vibrer la vallée du Grésivaudan. Un événement qui a vu le jour en 2014, créé par l’association Nextape qui participe à la promotion de la culture hip-hop en région Auvergne-Rhône-Alpes. Il fallait attendre 2022, levée complète des restrictions sanitaires pour relancer enfin l’appel que tous les festivaliers attendaient : qui aura la fleur de cette septième édition ?

LOGBOOK 01

Retrouvailles et mobilisation

J’ai très souvent entendu parler de ce festival dans la bouche des bboy et bgirl. Mais WGTF, c’est le genre d’événement qu’il faut vivre pour comprendre ce qu’il représente. Car ce n’est pas qu’un simple festival. C’est un élan de solidarité de la part de ce village qui accueille avec une immense bienveillance les passionnés du hiphop du monde entier. Des passionnés excités de participer, enfin, à ce premier festival international du hip-hop depuis la réouverture des frontières post pandémie.

On rencontre des gens, on découvre des cultures, on explore la région. Mais pour certains, c’est aussi la joie de retrouver des personnes que la pandémie avait éloignées et qui, grâce à WGTF, font de nouveau la fête ensemble.

WGTF 2022 c’est 20 organisateurs, 121 bénévoles, 70 équipes, 16 pays. Des qualifs et des battles qui se déroulent à guichet fermé. Cependant, rien n’était perdu pour les retardataires qui n’avaient pu prendre leur place à temps. Le but de WGTF, c’est de faire vivre le hip-hop au-delà d’une salle de spectacle. C’est en extérieur, sur le parvis de la salle du Coléo, que beaucoup de choses se passent, permettant ainsi aux non-initiés de cette culture d’en savoir plus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LOGBOOK 02

Début des festivités

Tout commence le vendredi 29 avril, avec la découverte du lieu et les premiers participants débarquent à Pontcharra pour le week-end. C’est le temps des retrouvailles et de la première soirée en plein air. Le village hip-hop ouvre ses portes et propose le Seven to smoke hip-hop new style, une première pour le festival. Car le hip-hop ne se résume pas seulement au break mais aussi à d’autres danses : c’est ce mélange de style que souhaite proposer l’organisation. S’enchaîne ensuite la dernière qualification pour The Colab, qui aura lieu samedi soir dans la salle du Coléo.

Un week-end chargé commence. Avec dès samedi matin les workshops de Poe One et AT, deux grands noms du break international. Une belle opportunité pour les jeunes de la région d’élargir leurs connaissances en matière en technique du break mais aussi aussi sur sa culture.

Les battles débutent l’après-midi, avec Concrete toprock et footwork. Le Concrete, c’est la base de la culture du break. Il ne suffit que d’un sol, n’importe lequel, pour exprimer sa danse, peut-importe les conditions climatiques. Nous avons même eu l’expérience de la pluie et du vent, mais rien n’a empêché les danseurs de pouvoir continuer leur performance, avec l’aide des organisateurs et bénévoles qui ont vite réagi pour réorganiser les platines du DJ. Une fois tout ce beau monde abrité, les battles ont repris et l’ambiance était à son apogée, tous regroupés autour d’un cercle très serré. Le vainqueur du toprock : Bboy Peaky Rock (Rockers Delight crew) et le duo gagnant du footwork, Bboy Erwan (Hotmilkbreakers) et Bboy Arthur (Marginalz Crew).

Changement d’ambiance à partir de 21h, dans la salle du Coléo. Une atmosphère concentrée se répand dans le lieu. Un moment très attendu du festival, où les musiciens et danseurs ne font qu’un. Chaque danseur se voit attribuer un instrument et doit improviser avec le musicien. Harpe, clarinette, violon… c’est à celui ou celle qui communiquera au mieux des émotions au public et aux membres du jury. Et la grande gagnante est Ai Si, qui s’est défendue en finale face à Kae, avec pour instruments le saxophone, la batterie, la guitare et la contrebasse.

Place de nouveau à l’afterparty qui clôture cette seconde journée de festival.

LOGBOOK 03

Last round pour les festivaliers

Sous un superbe soleil, les festivaliers se retrouvent pour l’ultime journée et les premières qualifications des battles se déroulent dès 11h45 au Coléo. Une tension particulière commence à se faire ressentir, car cette journée sera rude autour des 70 équipes inscrites. Une forte concurrence certes mais un énorme plaisir pour les danseurs qui se produisent devant un jury d’exception, composé de Poe One, AT, Kastet, David Colas et Kledju. Chaque crew se donne à 1000%, comme un air de finale avant l’heure ! Seuls 16 crew seront qualifiés. Tout le public attend beaucoup des danseurs et l’ambiance est ultra chaude ! One Up, le live band Slap Back et Plash One ont formé une alliance parfaite entre DJ et instruments, apportant une authenticité musicale. Les danseurs comme le public ont la chance de vivre ce dernier événement avec le live band Slap Back Les battles s’enchaînent et la finale oppose Bastardos Conamor (Argentina/Spain/France) contre Flipside Technique (Canada/USA), qui remporte la fameuse fleur.

Une folle journée qui se termine avec le dernier afterparty de cette édition 2022. La nostalgie s’installe déjà car la plupart des festivaliers repartent le lendemain matin.

Lundi, c’est la tête pleine de souvenirs que chacun retourne à sa réalité. Garder le plus longtemps possible en mémoire les échanges, la musique et les montagnes qui ont réchauffé leur cœur durant ces 3 jours inoubliables. Les garder précieusement en attendant d’en créer de nouveau en avril 2023 pour la prochaine édition de WGTF…

BREAKERS magazine présente : BREAKERS RECORDS, le fanzine signé BREAKERS.

A travers la série en édition limitée BREAKERS RECORDS, nous nous intéressons rigoureusement à tout, et à rien. Nous nous intéressons à la musique, du simple morceau au genre tout entier. Nous nous intéressons aux événements, aux danseurs, aux courants, aux modes. Nous nous intéressons à tout élément qui fait partie ou gravite autour de la culture Hip-hop, et nous en faisons un fanzine.

La première édition de BREAKERS RECORDS s’intéresse au festival WGTF ?!, le festival le plus fleuri du monde ! A travers les 30 pages de ce livret, on revit les 3 jours de l’édition 2022 du festival grâce à la plume de Elisa Salomone, aux yeux de Haze Kware et à l’imagintaion graphique de Sebastian Esguerra.

BREAKERS RECORDS est ouvert à toute collaboration. Vous souhaitez votre fanzine ? Contactez-nous !